Le courage est une arme
qui ne s’use jamais. (proverbe peul)
Accueil > La Fédération > Historique

Petite histoire de la Fédération

23 ans d’actions pour un objectif unique : augmenter le revenu de ses membres

En novembre 1992 : Création de la FPFD à Timbi Madina autour de la filière pomme de terre.

A l’origine de la Fédération des Paysans du Fouta Djallon se trouve une poignée de leaders paysans responsables de groupements de Timbi Madina, qui ont lutté pour implanter la culture de la pomme de terre dans cette sous-préfecture. Ils ont été accompagnés dans cette initiative par les Volontaires Européens pour le Développement (VED) et le Projet de Développement Agricole (PDA) de la Coopération Française de 1987 à 1995. Cette triple implication des producteurs, des VED et du PDA a notamment permis l’aménagement hydro-agricole du premier bas-fonds, Laafou 1 sur 35 ha, la mise au point d’un itinéraire technique productif de la culture de la pomme de terre et en 1991, l’acquisition des premières semences sélectionnées . Forts d’avoir rapidement gagné la bataille de la production, les producteurs ont alors engagé celle de la commercialisation, pour un prix rémunérateur de leur production contre les pommes de terre importées à bas prix : avec succès !

En 1992, soutenus par l’ensemble de la population et la presse guinéennes, ils ont obtenu du Président de la République de Guinée le blocage des importations de pomme de terre au moment de la commercialisation de leur production. Dans la foulée de cette première grande reconnaissance nationale, ces leaders paysans créaient la Fédération des Paysans du Fouta Djallon avec l’ambition d’étendre haut et loin leur action. Son premier président en fut Moussa Para Diallo, reconduit lors des Assemblées Générales suivantes de 1996 et de 2000.

JPEG - 4.6 ko

En étroite collaboration avec le premier assistant technique de la Coopération Française à Timbi Madina, Jean Vogel, il nous a conté l’épopée de cette création dans un livre paru aux éditions Syros associées à la Fondation pour le Progrès de l’Homme intitulé : « L’Afrique qui réussit. Vie et combats d’un leader paysan guinéen. » Éditions Mayer (www.editions-mayer.com)

De 1993 à 1995 : Création de la filière Oignon. L’importation d’intrants de QUALITÉ d’Europe et d’Israël se développe.

Tout en perfectionnant la culture de la pomme de terre et en l’étendant à de nouvelles zones de production, en particulier dans la préfecture de Dalaba, la FPFD ajoute une nouvelle filière à ses activités : la filière oignon qui engendre la structuration de nombreux groupements, surtout dans la zone nord de la Moyenne Guinée, très enclavée et aux ressources très limitées.

Parallèlement, la FPFD amplifie l’importation depuis la France de semences de pomme de terre sélectionnées et d’engrais afin d’améliorer la production de ses membres par des intrants de QUALITÉ.

1995 : Fin du PDA : la FPFD s’entoure de plusieurs partenaires pour démultiplier ses activités

On ne parle plus de projet à Timbi Madina, mais d’une organisation paysanne qui grandit et s’affirme suffisamment pour pouvoir attirer à elle différents partenaires qui lui confient des fonds directement, afin d’appuyer nombre de ses activités de façon complémentaire. La fédération renforce ainsi son autonomie de gestion.

Les VED et la Coopération Française continueront après 1995 leur appui direct à la Fédération. En 1993, ils avaient été rejoints en cela par l’AFDI Nord - Pas de Calais.

En 1995, c’est au tour de l’Agence Française de Développement (AFD) et du Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement (CCFD) d’apporter leur pierre à l’édifice. En 1999, les ONG allemandes IIZ-DVV et Pain Pour le Monde s’y ajouteront.

1996 - 1998 : Création massive des Unions de zone. Construction des premiers magasins de stockage

JPEG - 13 ko

Partie de la seule Union des Groupements de Timbi Madina et de quelques groupements en 1992, la FPFD regroupe désormais plus de 200 groupements dans l’ensemble du Fouta Djallon et se voit contrainte de créer un échelon intermédiaire : les Unions de zone, afin de décentraliser un certain nombre de fonctions et de faciliter la circulation de l’information. De nombreuses formations accompagneront cette démarche afin que les responsables soient informés et formés, donc préparés à jouer le rôle attendu d’eux.

Parallèlement, grâce aux financements du CCFD et de l’AFD, elle construit les premiers magasins de stockage des produits agricoles au profit des Unions afin de faciliter la commercialisation des produits dans des zones souvent enclavées

1998 : Création de la filière tomate. Fin du blocage des importations de pomme de terre en Guinée.

A la demande des producteurs de tomates des zones de Mamou et Dalein, la FPFD décide de s’investir sur cette 3e filière en apportant à ses membres semences sélectionnées, engrais, formation et appui à la commercialisation. Parallèlement, l’amélioration de la productivité sur la culture de la pomme de terre permet aux producteurs du Fouta Djallon d’être compétitifs face aux importations européennes : en 1998, la FPFD arrête de demander au gouvernement guinéen le blocage des importations de pomme de terre au moment de sa commercialisation.

Campagne 1998/99 : Essais d’exportations de pomme de terre du Fouta Djallon au Sénégal après les essais en Guinée Bissau l’année précédente

La pomme de terre commence à sortir des bas-fonds pour être cultivée sur les plateaux

Après avoir conquis le marché national de la pomme de terre, les producteurs de la Fédération cherchent à apprivoiser l’exportation afin d’assurer de nouveaux débouchés à une production en constante augmentation depuis sa création. La culture naissante de la pomme de terre sur les immenses plateaux de Timbi ne fait qu’accroître considérablement le potentiel de production de la région.

2000 à 2002 : Fort développement de l’alphabétisation au sein de la Fédération

JPEG - 9.8 ko

En 1997, avec l’appui de la Coopération Française, la Fédération se dote d’un service interne d’alphabétisation qui est renforcé depuis 2000 par l’appui complémentaire d’IIZ-DVV (www.iiz-dvv.de/franzoesisch/) : le service obtient rapidement d’excellents résultats.

2 février 2002 : inauguration du siège de la FPFD à Timbi Madina

Grâce au financement de l’AFD et à ses propres fonds, la FPFD a pu construire ses propres bureaux, ainsi qu’une maison de passage, afin de disposer enfin de son siège à Timbi Madina.

Celui-ci a été inauguré le 2 février 2002, en présence de plus de 200 membres de la Fédération venus de toutes les Unions, des autorités locales et de l’ambassadeur de France en Guinée.

À propos de ce site